Les Yogasutra de Patanjali

Disciplines
Les bases d’une pratique de yoga saine et sans danger sont définies par les Yogasutra de Patanjali.

Le Yoga y est présenté comme étant un système à huit branches. L’observance des quatre premières branches aboutit naturellement à la réalisation des quatre autres.

 

Les huit branches de l’ashtanga yoga

Notre corps physique est maintenu en bonne santé par la pratique des asana ou postures de yoga qui est complétée par des exercices respiratoires (pranayama). Il est dès lors essentiel de respecter certaines attitudes vis-à-vis de l’extérieur (yama) ainsi qu’une discipline envers nous-mêmes (niyama). Ces différents exercices et observances, s’ils sont pratiqués simultanément et régulièrement, vont avoir pour effet de purifier tout notre organisme et entrainer une meilleure tonicité et flexibilité du corps, plus d’énergie, un équilibre émotionnel, la clarté de l’esprit, etc. Peu à peu, les quatre états supérieurs vont se manifester naturellement : le retrait des sens (pratyahara), la concentration (dharana), la méditation (dhyana) et enfin la libération (samadhi).

– Pour mieux comprendre ces huit branches –

1. Asanas : pratique des postures afin de maintenir le corps en forme.

2. Pranayama : exercices respiratoires pour prendre conscience de notre énergie vitale, la purifier et la contrôler.

3. Yama : nos attitudes par rapport au monde extérieur. L’objectif des yama est la suppression des mauvaises habitudes et des désirs inférieurs.

  • Ahimsa, la non-violence : elle repose sur l’idée d’unité et de respect de la vie terrestre en général.
  • Satya, la vérité : elle doit être révélée avec circonspection et ne doit pas nuire aux autres afin de respecter le principe d’ahimsa.
  • Asteya : ne pas voler et ne pas tirer profit d’une situation ou de privilèges qui ne sont pas censés nous revenir.
  • Brahmacharya : continence vis-à-vis des plaisirs sensuels. L’objectif n’est pas d’éviter à tout prix ces sensations mais de ne pas les rechercher ce qui conduit à l’indifférence et au non-attachement.
  • Aparigraha : recevoir exactement ce qui est approprié. Cela suppose un détachement par rapport aux richesses matérielles.

4. Les Niyama sont des attitudes qui correspondent à une discipline vis-à-vis de soi-même.

  • Shaucha : la pureté interne et externe.
  • Samtosha : le contentement.
  • Tapas : les austérités et méthodes d’élimination des impuretés, par exemple les asana, pranayama, une alimentation saine et équilibrée, sont des formes de tapas.
  • Svadhyaya : l’étude de soi, mieux nous connaître et nous comprendre.
  • Ishvara-Pranidhana : le détachement par rapport au fruit de nos actions.

Les quatre branches suivantes sont la conséquence naturelle d’une pratique régulière des quatre premières branches :

5. Pratyahara, le retrait progressif des sens : peu à peu, nous sommes de moins en moins parasités par les informations reçues de l’extérieur transmises par nos sens. Nous nous détachons des objets des sens.

6. Dharana, la concentration : nous parvenons mieux à centrer notre attention sur un objet précis et réduire ainsi le flux de nos pensées.

7. Dhyana, la méditation : toute notre attention est fixée sur l’objet de méditation pendant un certain temps.

8. Samadhi : l’observateur et l’objet observé ne font plus qu’un, ainsi, l’objet est pleinement intégré du point de vue subjectif par le méditant.

 

  • Yoga-Sutra de Patanjali - Miroir de soi
  • The Yogasūtra of Patañjali: A New Introduction to the Buddhist Roots of the Yoga System (English Edition)
  • The Yoga-Sutra of Patanjali: A New Translation with Commentary
  • Tutorial for Chanting the Yogasutra of Patanjali by Andrew Sugerman (2013-05-04)

Leave a Reply

*